Gestion des poissons migrateurs

Depuis  1994, la gestion des poissons migrateurs s’organise à l’échelle de  grands bassins fluviaux tel que le bassin Seine-Normandie. Ceci résulte du décret  n°94-157 du 16 février 1994 relatif à la pêche des poissons appartenant  aux espèces vivant alternativement  dans  les  eaux  douces  et  les eaux salées (décret dit « amphihalins »), codifié dans le Code de  l’environnement  (articles R .436-44 à R .436- 68).  Est ainsi créé pour  chaque  bassin un Comité de Gestion des Poisson Migrateurs  (COGEPOMI) qui a la charge d’établir  un  Plan  de Gestion  de  Poissons  Migrateurs (PLAGEPOMI)  sur le territoire qui le concerne.

Sept espèces sont visées par ces dispositions réglementaires.

Ces espèces apparaissent sur la liste rouge des espèces menacées en France (Muséum National d’Histoire Naturelle, UICN)  :

  • L’anguille est en danger critique d’extinction (CR)
  • La  grande alose, l’alose  feinte, le saumon atlantique et la lamproie fluviatile sont des espèces vulnérables (VU)
  • La lamproie marine est quasi menacée (NT)

L’anguille est une espèce considérée comme menacée au niveau européen et  fait l’objet d’un règlement européen (CE) n°1100/2007 instituant des  mesures de reconstitution du stock d’anguilles européennes. Conformément à ce  règlement, le plan de gestion de l’anguille présenté par la France a été approuvé par la Commission européenne le 15 février 2010.

 

 

 
Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la mer Agende de l'Eau Seine Normandie